Le Mala : qu’est-ce que c’est et comment l’utiliser ?

Les anciennes civilisations ont le mérite d’accorder une place de choix à certains éléments clés qui continuent d’influencer notre vie. Au nombre de ceux-ci nous avons le Mala. Ce terme veut dire « guirlande » et est issu du sanskrit. Si vous êtes amateur de la méditation, vous aurez sûrement entendu parler de cet article. Il en est de même des adeptes de culte hindou et bouddhiste. Mais compte tenu des particularités et des différents usages de cet objet, sa signification mérite d’être connue de tous.

Un Mala : qu’est-ce que c’est ?

Le Mala est aussi appelé mala japa. Il désigne un chapelet ou un collier de perles. Son rôle est de susciter votre concentration lorsque vous méditez. Il permet en effet de suivre avec attention la répétition des mantras pendant la méditation. Le Mala vous apporte nouveauté et illumination dans vos exercices à caractère spirituel. On comprend donc pourquoi cet accessoire est également utilisé pour faire du yoga.

Cette pratique nous vient des yogis et des bouddhistes. Ils étaient les premiers à se servir de ce chapelet dans le but d’apporter un plus à leur pratique spirituelle. Selon les légendes, cet usage remonte à des milliers d’années. Jusqu’aujourd’hui, le Mala continue d’occuper notre quotidien et améliore la vie spirituelle de ceux qui s’en servent.

Quelle est la composition du Mala ?

Pour en savoir davantage sur la composition de ce collier, nous devons nous intéresser à ses différentes parties et au nombre de perles qu’il comporte.

Quelles sont les différentes parties ?

Un Mala est constitué à partir de plusieurs éléments. C’est grâce à ces derniers que la forme et l’aspect de l’objet sont obtenus. Ces différentes parties sont :

  • La plus grosse perle ;
  • Le cordon ;
  • Le petit cône,
  • Les compteurs terminés.

Le chapelet est constitué de nombreuses perles. Parmi celles-ci se trouve une dont la taille est supérieure par rapport aux autres. Il s’agit de la perle de départ. Elle est désignée par l’appellation « bille de tête ».

Pour ce qui est du cordon, il s’agit d’un composant essentiel du collier. C’est sur ce dernier que l’ensemble des grains sont enfilés. Il est constitué d’un certain nombre de files dont chacun d’eux symbolise une représentation de Bouddha.

S’agissant du petit cône, il s’agit du signe même de la vacuité. Quant aux compteurs terminés, un Mala en dispose deux. Le premier est le compteur terminé par une cloche qui symbolise également la vacuité, mais aussi la connaissance. Le second quant à lui est le compteur terminé par un dordje. Celui-ci désigne la compassion et l’habileté.

Combien de perles compte-t-il ?

Un chapelet Mala se compose essentiellement de perles. Il compte au total 108 perles. Bien qu’étant un chiffre anodin, le nombre 108 n’est pas représenté au hasard. En effet, le chakra du cœur se compose de 108 lignes d’énergie. On connaît aussi le Gange qui dispose de 108 noms au total. De plus, 108 est également le nombre de chapitres dont se composent les textes philosophiques Upanishads. Il s’agit des textes sacrés qu’utilisent les yogis.

Par ailleurs, dans la culture bouddhiste le nombre 108 a une signification assez forte. Il explique l’essence même de la vie humaine à travers différents éléments. D’abord, l’être humain compte 6 sens que sont la pensée, la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et le touché. Notre existence est marquée par trois temps. Il s’agit du passé, du présent et du futur. Ensuite, lorsqu’on prend notre esprit ou nos intentions, ils sont marqués par deux variantes que sont le pur et l’impur. Enfin, dans le bouddhisme on retrouve trois états émotionnels appelés kleshia.

Pour mieux comprendre l’essence du chiffre 108 dans le bouddhisme, vous devez multiplier faire le produit de la valeur des éléments cités plus haut. Un calcul rapide nous donnera une opération sur la forme de : 6 x 3 x 2 x 3. Comme vous l’avez sûrement deviné, le résultat donne exactement 108.

Quels sont les différents types de Malas ?

L’usage du Mala étant assez répandu, vous n’aurez pas du mal à trouver celui qu’il vous faut. Généralement, c’est à partir de la matière utilisée qu’on arrive à différencier ces chapelets. Les modèles traditionnels sont fabriqués avec des graines de lotus ou des perles de Rudraskha. Il en existe d’autres qui sont faits d’os de yak ou de graines de bois.

Nous avons aussi les chapelets qui sont obtenus à partir de gemmes ou de pierres bleues. Ceux fabriqués en gemmes sont des malas de guérison tandis que ceux faits en pierres bleues permettent d’agir sur l’ouverture du chakra. Il existe également des styles de colliers avec des marqueurs à 7 ou 21.

Quelles sont les utilisations du Mala ?

Si ce chapelet est assez connu aujourd’hui, c’est surtout grâce aux multiples usages auxquels il convient. En dehors de son utilisation pour des fins religieuses on s’en sert également dans la mode et dans la récitation de prière. Il n’est pas aussi rare de voir cet accessoire être utilisé dans la pratique du Yoga et de la méditation.

Bien qu’étant un objet sacré, le Mala a beaucoup de succès dans la mode. Il est en effet utilisé comme accessoire ou bijoux. Vous pouvez parfaitement le porter comme collier ou comme un bracelet. L’esthétique des perles utilisées dans sa fabrication lui offre un rendu visuel très agréable.

Pour réciter une prière, ce chapelet permet d’associer une répétition à une perle. Ainsi, vous avez une idée précise du nombre de fois où vous avez répété votre prière. Il en est de même pour la récitation de mantras.

S’agissant de la pratique du Yoga, le Mala est utilisé comme point de fixation que les adeptes appellent Drishti. Sa principale fonction est d’accroitre le degré de concentration du pratiquant de Yoga. Ainsi, ce dernier arrive à mieux capter l’énergie qui se dégage au cours de la séance. Pour ce qui est de la méditation, l’égrenage du Mala permet de s’assurer de l’exécution des 100 répétitions du mantra. Avec les 8 dernières perles, on corrige les erreurs et les oublis éventuels au moment des 100 récitations.

Message