Qu’est ce que la méditation ?

Il existe de nombreuses idées reçues sur la méditation. Alors que d’aucuns l’associent à une forme de croyance, d’autres la conçoivent comme une passerelle vers un état second. On lit aussi souvent sur de nombreux sites que pour méditer, il ne faut penser à rien, il faut faire le vide. C’est ainsi que de nombreux débutants se gourent sur les principes essentiels de la méditation. Or, méditer, ce n’est pas en priorité de s’empêcher de penser. C’est d’abord de savoir se recentrer sur ses sensations corporelles. Comprendre ce que c’est méditater est certainement le meilleur moyen de se débarrasser des fausses idées véhiculées sur la pratique.

Qu’est-ce que la méditation ?

La méditation évoque un ensemble de techniques qui permettent un entraînement du mental. Le but de ce recueillement est d’aider à atteindre la pleine conscience de soi-même. C’est donc une voie de plénitude et de paix, un art de vivre au quotidien. Si cet abandon de soi peut aider à la relaxation et à la célébration, il est surtout une expérience et une transformation. Il existe diverses techniques pour  méditer. Toutefois, elles incluent généralement de devoir :

  • S’allonger ou s’asseoir ;
  • Respirer profondément ;
  • Essayer de se libérer des pensées négatives ;
  • Recentrer son esprit et son corps sur un bruit, un son, un objet, etc.

Chez les bouddhistes, la méditation est le chemin de la connaissance de soi. Il est donc difficile de réduire cet apaisement de l’esprit à une pratique culturelle ou religieuse. La méditation est une contemplation pour tous.

Connaître l’histoire de la méditation

L’histoire de la méditation renseigne énormément sur ce qu’est ce recueillement. En partant de son origine latine « meditatum », certains auteurs tentent d’attribuer cette concentration du corps à un moine nommé Guido II du 12e siècle. Mais en réalité, l’histoire réelle de la pratique se perd à travers les âges et la pratique à laquelle elle renvoie a varié en fonction des époques. Jusqu’au 15e siècle, la méditation était toujours perçue comme une pratique religieuse, un moyen d’entrer en connexion avec le divin. C’est au cœur de cette idéologie religio-centriste que les mouvements méditatifs comme le taoïsme, le bouddhisme sont nés. Les hindous méditaient alors, non pas d’abord pour la quête d’un bien-être, mais pour se rapprocher en esprit de Brahman. C’est dans cette dynamique que Dosho créa son premier centre de méditation, instituant ensuite une communauté de moines. Les autres religions, dont le christianisme et l’islam, avaient aussi leurs techniques de recueillement. Dans la culture juive, les pratiques kabbalistiques ont connu une grande expansion. Bien qu’à l’origine, la pratique fût rattachée à la religion, elle s’est détachée depuis dans le contexte contemporain pour devenir une pratique porteuse de nombreuses vertus.

Les bienfaits de la méditation

Une grande majorité de ceux qui se mettent à la méditation a pour objectif d’atteindre un état de bien-être physique, psychique et moral. De nos jours, on attribue à la concentration qu’offre cette pratique des vertus thérapeutiques. On peut, à coup sûr, affirmer que :

  • Méditer permet de savoir contrôler ses émotions ;
  • Se recueillir est un exercice mental et un divertissement ;
  • Se reconcentrer sur les sensations de son corps a un effet de psychothérapie ;
  • Adopter le silence dans le corps et dans l’esprit favorise le renforcement du système immunitaire ;
  • C’est un bon moyen de rendre meilleure sa pression artérielle ;
  • Ce temps de repli sur soi-même permet de réduire le stress et travaille les capacités cognitives ;
  • La méditation aide à un meilleur développement personnel ;
  • Elle aide à se libérer des ondes négatives ;
  • Méditer permet d’être plus heureux et épanoui.

Ce sont autant de bienfaits attribués à la méditation et qui ne sont pas moins faits. Toutefois, il faut savoir qu’il n’y a pas une pratique standard pour méditer. Autant il existe plusieurs techniques, autant il y a plusieurs types de recueillement. Chaque type apporte un avantage particulier.

Quels sont les types de méditation

La méditation existe sous diverses formes. Il ne suffit donc pas de s’asseoir ou de s’allonger pour se penser en recueillement. Certains types de méditation sont beaucoup plus populaires que d’autres. C’est le cas de la méditation de pleine conscience.

La méditation de la pleine conscience

C’est une forme de recueillement qui permet à une personne de se réconcilier avec ses pensées. Ce type de méditation permet de mieux apprécier l’environnement, de devenir conscient de ce qui se passe autour de soi, de ce qu’on est, sans jugements. La pleine conscience peut se pratiquer partout, qu’on soit assis ou qu’on marche, tant qu’on arrive à faire le calme en soi.

La méditation Vipassana

C’est une méditation d’origine indienne et qui est enseignée depuis plus de 2500 ans. C’est un type de concentration sur soi auquel les gens recourent pour approfondir leur connaissance d’eux-mêmes en s’observant. Elle permet de réaliser une connexion utile entre le corps et l’esprit.

La méditation guidée

C’est une pratique méditative qui ne se fait pas seule. C’est pour cela qu’elle est guidée. Elle permet à toute personne de se détendre et se libérer d’un stress ou d’une émotion par la visualisation mentale de moments de joies ou de situations relaxantes. C’est une méditation qui implique une grande action des sens, l’odorat, les sons, les textures, etc.

La méditation transcendantale

La méditation transcendantale est une forme particulière de recueillement qui se pratique généralement en vingt minutes. Elle consiste à répéter un mantra personnel pendant qu’on est assis et qu’on a les yeux fermés. L’objectif de cette méditation est d’aider à atteindre la paix intérieure. Outre ces types de méditations susmentionnés, on peut aussi en évoquer d’autres :

  • La méditation zen ;
  • La méditation du chakra ;
  • La méditation avec le yoga ;
  • La méditation tibétaine ;
  • La méditation sonore, etc.

Quelle qu’elle soit, la méditation a des principes de base à respecter. Il est important de les connaître surtout quand on est débutant.

Techniques et principes de base de la méditation

Les principes de base de la méditation sont essentiels pour apprendre à se recueillir et profiter des bienfaits de la connaissance de soi. Il faut entre autres :

  • Trouver un lieu propice ;
  • Adopter un état d’esprit dégagé ;
  • Apprendre à rester immobile ;
  • Savoir prendre le contrôle de sa respiration ;
  • Faire le vide dans ses pensées sans entrer en guerre contre soi-même ;
  • Focaliser son attention sur une chose, etc.

Si méditer peut se faire n’importe où, cette possibilité n’empêche pas de s’aménager chez soi un endroit spécial. Lorsqu’on adopte la méditation quotidienne, il faut pouvoir se sentir en retraite spirituelle pour être capable de dégager son esprit. Avoir l’esprit dégagé, c’est se dissocier avec la mauvaise journée qu’on a passée, c’est permettre à son corps de se détendre. Il est d’ailleurs difficile d’avoir le corps immobile et de contrôler sa respiration quand on est libéré. Il est encore moins aisé de faire le vide. L’alternative pour réussir sa méditation quand on n’arrive pas à se débarrasser du flot de pensées, c’est de poser son attention sur une chose, un objet quelconque. Ce peut être un livre, un paysage, un symbole. Pour atteindre facilement l’objectif, il est recommandé de fermer les yeux et de se laisser emporter.

Message